Le langage produit de la pensée

Un discours, un rapport, une plaquette commerciale, un email, un post... l’écrit est partout. Si on a cru à un moment qu’internet allait balayer le papier, cela n’a pas été le cas. Un médium ne se substitue jamais totalement à un autre. Mais au-delà de la simple question du support, force est de constater que le rôle de l’écrit s’est encore renforcé avec cette révolution des technologies du numérique. L’écrit est partout présent sur Internet ; la vidéo et son fascinant pouvoir de l’image l’ont complété, mais nullement remplacé. Être analphabète aujourd’hui est beaucoup plus pénalisant, sur les plans professionnel et personnel, qu’il y a encore seulement vingt ans.

Pour se convaincre de l’importance que revêt pourtant l’accompagnement en rédaction, trois idées reçues doivent être combattues :

« Tout le monde sait écrire ». C’est de moins en moins vrai si tant est que cela l’ait été un jour. C’est enfoncer une porte ouverte que d’affirmer encore que la capacité à exprimer ses idées est en baisse dans notre pays. Comme celle des niveaux en orthographe et en syntaxe. Sans porter de jugement de valeur sur les causes du phénomène, portons notre attention sur leurs conséquences. Quelle image de l’entreprise donne auprès d’un client ou d’un prospect un écrit truffé de fautes d’orthographe, de plus mal rédigé ou abscons ? Les correcteurs automatiques ne peuvent pas tout faire, même s’ils apportent une aide précieuse. Savoir écrire n’est pas donné à tout le monde ; une pensée mal exprimée reste confuse et difficilement exploitable.

« J’ai recruté des collaborateurs diplômés, qui connaissent parfaitement les produits, les projets et la philosophie de l’entreprise. Ils sont capables d’écrire mieux que quiconque sur l’entreprise ». C’est confondre écrire et savoir écrire. Écrire est une nécessité sociale. Chacun de nous est amené à le faire quotidiennement. Pour autant, chacun de nous n’est pas amené à développer des compétences spécifiques en la matière. Savoir écrire est un métier, avec des règles. Et ce n’est pas parce qu’un collaborateur est bardé de diplômes qu’il possède nécessairement ce type de compétences.

« L’important, c’est le fond. La forme, c’est accessoire ! » Il y a le faire, le savoir-faire et le faire savoir. Se focaliser simplement sur les deux premiers items est une erreur. Le faire savoir, au travers de la publicité ou plus généralement de la communication, est aujourd’hui essentiel. La forme importe et n’est pas à reléguer au second plan. « La forme, c’est le fond qui remonte à la surface », affirmait Victor Hugo. La forme parle déjà du fond : il y a une profonde imbrication, une nécessaire cohérence entre ce qui doit être dit et la manière de le dire. La forme sert le fond, qui se sert de la forme.

Toutes ces idées reçues reposent sur le postulat que la mise en mots est secondaire. Mais mon travail d'accompagnement en rédaction ne se réduit pas à traduire de la pensée en mots. Ma mission bien souvent ne se réduit pas à rendre un texte agréable à lire, ou de corriger d’éventuelles fautes d’orthographe, de grammaire, ou de style. Elle est aussi de conceptualiser, de questionner en profondeur, de développer des arguments, de dégager de nouvelles idées. Il n’y a pas d’un côté le langage et de l’autre la pensée. Le langage n’est pas l’épuisette de la pensée, c’est-à-dire ce avec quoi on la capture. Il n’est pas non plus la simple traduction d’une idée : le langage travaille cette idée, en dégage la profondeur, les présupposés, les implications. La pensée n’est pas première et le langage secondaire. Car la pensée se fait dans le langage et le langage produit de la pensée. C’est au travers du langage que nous pensons. Il y a fécondation réciproque.

Quand nous nous exprimons au plus juste, nous générons de la pensée, des idées et donc des possibles.

philogos © 2016

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player